Nous supposons que si vous vapotez et que vous êtes régulièrement en voiture, vous devez donc utiliser votre cigarette électronique et ce, au volant.

Alors la grande interrogation qu’un bon nombre de vapoteurs se posent avant le départ en vacances c’est : Peut-on vapoter au volant ?

En théorie, non ! Le vapotage tout comme le fait de fumer est interdit à partir du moment ou votre matériel, ici en l’occurrence une cigarette électronique, vous empêche de bien tenir le volant. Afin d’apporter une précision technique, ce n’est pas le vapotage qui est interdit mais « l’impossibilité d’être en état de position d’éxécuter commodément et sans délai » les manœuvres nécessaires à la conduite avec une sécurité maximale et avec un champ de vision convenable et ce, conformément à l’article R 412-6 du code de la route.

Nous en conviendrons donc que la verbalisation du vapotage au volant est donc à l’appréciation des forces de l’ordre (et à leur bonne humeur). Dans le cadre d’une infraction constatée, il s’agit d’une contravention de 2ième classe qui se traduit donc d’une amende de 35 €, minorée à 22 €. Quelques vapoteurs et fumeurs ont été verbalisés courant 2018 mais les poursuites sont très souvent classées sans suite.

Dans le doute, préférez une bonne séance de vapotage sur les airs d’autoroute, pendant votre pause si vous partez en voyage.